VIE QUOTIDIENNE
RESSOURCES

Alya - Elisabeth Navez

Découvre ici l'utilisation de la laser pour prototyper une gamme de bijoux éthiques !

Elisabeth a une énorme place dans le coeur de l'équipe. Une personnalité attachante et toujours à l'écoute ! Ses créations sont à la hauteur de son tempérament: sophistiquées et pleines de couleurs. Découvre son travail dans les paragraphes qui suivent !

Salut Elisabeth ! Tu peux nous parler de ton univers et de tes bijoux ?

Oui avec plaisir ! En gros, j'ai crée Alya, c'est une marque de bijoux au design original, dessinés et fabriqués artisanalement en Belgique. Je voulais quelque chose d'authentique, d'éthique et durable. Pour moi la responsabilité écologique est aussi très importante. Du coup, il fallait que je trouve des matériaux qui répondent à toutes ces exigences... L’acrylique provenant de chutes est mon matériau de prédilection, j'essaie de privilégier les bois labellisés FSC et le cuir qui provient principalement de chutes de maroquinerie.Tous les apprêts sont de fabrication européenne. Les métaux utilisés sont garantis sans nickel et sans plomb pour éviter les allergies.

J'attache une grande importance au produit fini et à la présentation du bijou. Du coup, j'ai développé pour les gammes PEPS et PURE un packaging au design spécifique à la marque, qui est à la fois un emballage et un présentoir, réalisé dans un carton Kraft recyclable. Aussi, chaque bijou est accompagné d’un certificat de bijouterie, garantissant les matériaux utilisés.

Tu nous parle des gammes PEPS et PURE, tu peux nous en dire plus ?

Oui, Alya se compose de 3 gammes pour l'instant.

ORIGINE, c'est l’essence de la marque. Tout a commencé là, par l’envie de fabriquer des bijoux dans des métaux précieux, de façon artisanale, grâce aux techniques ancestrales de la forge, de la cire perdue, de la gravure à l’acide, de l’oxydation, rendant chaque pièce unique... Chaque bijou est frappé du poinçon de bijoutier officiel déposé à la Monnaie de Belgique, garant de la qualité artisanale et le métal utilisé.

Ensuite, PURE c'est la gamme de bijoux fabriqués à partir de matériaux naturels, bois, plumes et cuir. Je travaille différentes essences de bois, sélectionnées pour leur couleur et leur résistance. Une grande partie de cette gamme est découpée au laser pour arriver à une finesse de détails impossible à obtenir par d’autres moyens mécaniques.

Et puis il y a PEPS, la gamme fun de la marque, la touche de couleur qu’il vous faut pour rehausser vos tenues avec vos accessoires. Le jeu sur la transparence et la brillance assure un porté plus graphique.

Tu peux nous expliquer ce que tu as fait ici au Trakk ?

En résumé, j'ai prototypé les bijoux de la gamme PEPS, une partie de la gamme PURE, les présentoirs et les packagings au Trakk sur la découpeuse laser.

Cette machine offre des possibilités incroyables au niveau créatif. Elle permet de couper mais aussi de graver dans différentes épaisseurs. Plus on s’aperçoit de son potentiel, plus ça stimule l’imagination de façon exponentielle !

Elle autorise, sur le bois, une finesse de découpe impossible à obtenir par une technique manuelle: le mouvement de la scie fragiliserait le bois d’une épaisseur de 2mm, alors que la technique du laser a tendance à cautériser les bords, ce qui les renforce.

Il y a une très grande diversité de matériaux découpables au laser : pour Alya j'ai travaillé, entre autres, du cuir, du plexiglas, du bois et du MDF...

Quand tu fais tes prototypes, quelle est ta démarche ?

La base de ma démarche c'est la recherche de l’esthétique, de l’équilibre graphique, de la belle matière et de la qualité de finition.

Pour la création de bijoux découpés au laser, tout commence par une inspiration, puis un croquis papier, ensuite la mise au net dans un programme vectoriel et enfin, le prototypage.

Les tests de matières, de couleurs, de tailles et de finitions font partie du processus pour la sélection finale.

La réflexion du design du bijou se fait parallèlement avec la recherche des apprêts en métal : le fichier vectoriel évoluera en fonction de ces choix.

Le packaging en papier Kraft a aussi été prototypé à la découpeuse laser. Il s’agissait de développer un emballage tridimensionnel propre à la marque, qui serait un présentoir ainsi qu’un emballage et ce, sans utiliser de colle.

Un des défis était de trouver la tension idéale pour obtenir les bonnes résistance et stabilité du packaging. Plusieurs types de papiers cartonnés de différents grammages ont été testés, et le fichier vectoriel a évolué au fur et à mesure des tests de découpe.

Les présentoirs ont été développés en fonction du packaging de base triangulaire.

Différentes essences de bois ont été expérimentées pour les bijoux. Dans un format si petit et si ajouré, certaines se désagrégeaient une fois découpées. Le type de cuir, son épaisseur, son traitement et sa couleur sont autant de facteurs qui ont demandé une évolution des réglages de la machine au fil des processus de tests.

Pourquoi le Trakk ?

Ce qui est le plus exceptionnel au Trakk, c’est l’équipe qui nous accueille ! C’est un vrai plaisir de venir y travailler, ça fait toute la différence !